EPOPEES INTIMES

 Par En Cie Desfemmes

Textes et interprétation : Mathieu Desfemmes

Un homme, une caravane.

Voyage au fil de la vie.

Au fil de sa vie, de la vie des autres, de nos vies, de la naissance à la mort.

Cet homme va ouvrir la porte de sa caravane, porte ouverte sur le Monde.

Il va vivre là avec nous, manger avec nous, nous offrir des tranches fraîches de vie.

« Epopées intimes » est une course au cœur de la parole, de la transmission qui invite les spectateurs tout au long de la soirée, en flot continu.

Voyage dans l'espace, matérialisé par une caravane, voyage dans le temps, toute l’après-midi. Voyage séquencé, plusieurs tableaux traiteront de la naissance, l'enfance, l'adolescence, l'âge adulte, la vieillesse, la mort.

Tableaux de 10 minutes environ pour 6 spectateurs.

Une ronde s'opère. La vie avance, les spectateurs se relaient, les mots coulent ininterrompus.

Retrouver une liberté, une liberté de paroles, se réapproprier les mots, ne plus avoir peur d'eux.

Et ainsi faire vibrer nos histoires de vies, jusqu'à révéler nos personnages principaux, nos mythes familiaux.

« C'est étrange mais je crois que je veux monter ce projet itinérant pour me poser. Je suis une bête, une grosse bête. Est venu le temps de la migration pour la grosse bête, une exposition de mon intérieur. Le refus de regarder l'existence, tout ce qui passe n'existe plus. Ça ne vous angoisse pas ce mouvement ? Cette gesticulation ? Cette absence d'engagement? Plus rien ne compte que la vitesse. Le regard sur le vieux, l'oreille attentive pour l'enfant. Une caravane pour écouter, une grosse bête pour raconter, des histoires pour questionner. L'idée de la caravane est venue de nombreux chemins tous pavés du souvenir de gens de mon passé ou du présent. Tous venant du concret, de la chair et du sang. Tous des " quelqu'un ". Tant de gens fabuleux et nous le sommes tous, tous sans  exception, il suffit de prêter l'oreille. »

Extrait «  La Péan »

“Le petit Mathieu (cinq ans et demi) ne savait pas ce qui l'attendait en cette rentrée des classes 1979. Le CP ! ou Cours élémentaire Préparatoire. Ou pour certains enfants la fin de l'insouciance, le gros truc qui vous tombe sur la gueule, la déprime, les cauchemars, le vomi, le pipi au lit. Attraper la Péan à cinq ans et demi, c'était pire qu'une maladie grave. Une maladie, on prend un cachet, on met un suppo, ça pique les fesses, on sent l'eucalyptus, on passe la nuit à transpirer et au matin, on est guéri ou on est mort; mais avec la Péan, en plus de transpirer toute la nuit, au matin on l'a toujours.”

 Mathieu Desfemmes.

 

BREVES DE PRESSE :

TELERAMA

121

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

LA REPUBLIQUE DE SEINE ET MARNE

77