PEINDRE DE TOUT SON CORPS, performance 2014

PEINDRE DE TOUT SON CORPS

Performance danse & peinture adressée

aux enfants à partir de 1 an et aux adultes qui les accompagnent.

153 Crédit photo : Gabriel Wickbold

Tout en étant fidèle à la définition de la notion de performance, des années 60 :

La performance peut être un art du
risque immédiat, présenté en public,

d'ailleurs souvent en interaction avec les membres de celui-ci.

« Elle est une carte, une écriture qui se déchiffre dans l’immédiat, dans le présent,

dans la situation présente, une confrontation avec le spectateur. »

Chantal PONTBRIAND

 « Introduction : notion(s) de performance », Toronto, 1979 ;

151

La performance, « Peindre de tout son corps », propose aux spectateurs d’être acteurs, qui pourraient à tout moment pendre part à la danse et à la peinture.

Cette proposition émane d’une expérience menée en complicité avec le RAM d’Arpajon en janvier 2013, suite à une série d’intervention artistique en danse contemporaine auprès des enfants, à l’automne/hiver 2012.

La coordinatrice du RAM, Valérie Rossel m’a sollicitée pour proposer une nouvelle entrée en matière dans la danse. Je lui ai donc fait part d’une envie que j’avais depuis longtemps, celle de mêler l’acte de peindre à celui de danser.

Un mois plus tard, le rendez-vous était donné, l’espace du RAM  bâché, « krafté », les enfants en couches et T-chirts longs, les adultes en bleu de travail, et c’était parti pour une heure

d’improvisation en musique, sans paroles, et avec le langage du corps.



Crédit photo : Sophie Verreaux

Nous, les adultes, avons été émerveillées de voir la concentration des enfants dans leurs actions, leur implication dans ce moment d’improvisation, la richesse de leur proposition seul ou en interaction avec les autres (adultes et/ou enfants), et d’être témoin de l’acte créateur du tout jeune enfant.

Disponible, tout entier à ce qu’il fait, ce qu’il donne, mêlant les jeux de rythmes et de peinture, se jouant de l’espace, des surfaces de papier, des surfaces peau, comme support à l’expression.

Tout comme la danse, la peinture requiert une présence entière, une disponibilité totale.

Ce cadre de performance proposera aux enfants de prendre et de donner. Prendre ce que je leur donnerai à voir, donner ce qu’ils se permettront de faire.

Ce que je leur donnerai à voir sera une danse spontanée, libre, ludique, joyeuse, légère, ancrée, inspirée du travail de Trisha Brown et de celui de Pierre Doussaint, d’où la peinture jaillira, comme une explosion d’émotions, un élan vital.

Grands joueurs de la danse, je me reconnais dans leur démarche respective.

Une invitation au lâcher-prise.

CLINS d'OEIL de Léa Lecourt...

197 199